Logo
068 - Les Éditions Pleine Conscience
Carte d'affaire
Téléphone: 819.612.1209
Description
Auteur, conférencière, vulgarisatrice psychospirituelle
spacer
Conférences: Samedi à 12h50 dans la Salle 4
et Dimanche à 14h15 dans la Salle 4
Myriam Keyzer
S'accompagner soi-même en pleine conscience
avec Myriam Keyzer
S’ACCOMPAGNER SOI-MEME DE L’EMOTION A L’EVEIL
 
Nous avons intrinsèquement une guidance sophistiquée, un sonar… et pourtant nous n’en savons rien. Que s’est-il passé? Une éducation déformée et obsolète, une ère d’assujettissement nous a éloignés de notre centre et surtout de nos sentis. Nous avons appris à ne pas nous écouter, à ne pas nous entendre, à refouler… confinant au silence et à l’esseulement notre enfant intérieur blessé, qui revendique de mille et une façons, la guérison pour déployer son plein potentiel… Le seul chemin est le retour à son senti. Oui, la quête de sens trouve sa réponse par nos sens, indicateur de ce qui correspond ou non, nous menant à l’essence. Que dire aux détracteurs du bien-fondé des émotions? Attention : il faut discriminer. Les émotions vraies, mouvements de base, sont réactives et non-songées et dans le moment présent. Puis il y a les fausses, empruntées par nos blessures comme armures de protection et d’enfermement.
 
Comment les différencier ?
Cette distinction essentielle et parle de mes besoins profonds, m’avisant de ce qui me convient. Non entendues, comme toute Énergie comprimée, elle se charge… compromettant mon Élan vital, sollicitant toutes mes ressources internes, créant des pressions si intenses d’où la dé/pression, – maladie — mal à ce qui ne peut se dire – malaise — mal à son aise. La souffrance est le résultat de ces compressions, fermetures sur nos espaces vulnérables. Les fuir n’apporte rien. Il faut plonger dedans pour entendre finalement le message de nos profondeurs afin que la contraction cesse d’être notre mouvement spontané, mais en ouverture que se déploie notre essence.
 
Les parts de soi non entendues demandent une somme d’énergie considérable pour être maintenues silencieuses. La parole étant le Pouvoir, apprendre à nommer, à agir sur le besoin véhiculé par une émotion, c’est la respons/habilité qui permet de répondre pour moi, hors du rôle de victime. Les émotions ont un message distinctif et l’une ne peut se substituer à une autre. Sans cette clarté, je demeure ployé, captif d’une cuirasse érigée lors d’une enfance douloureuse qui me nécrose, ne me servant plus. L’émotion est au centre de tout. Aucune guérison n’est congruente sans cette descente au cœur de soi. De cette conscience naît la confiance en soi. La sagesse et la quiétude émergent de la qualité du lien à soi, intériorité, monde inépuisable de guidance personnelle.
spacer